Les petites heures

« Pourquoi dit-on ‘les petites heures’ pour parler de celles de l’aube alors que ce ont les plus longues ». Marilyn Monroe… ou en tout cas attribué à l’actrice par Michel Schneider dans « Marilyn, dernières séances », éditions Grasset. Prix Interallié mérité en 2006. Les entretiens de la star hollywoodienne avec son psy. L’auteur y révèle une Marilyn toute en nuances, lucide sur ses addictions à l’alcool et au sexe, sincère, subtile, pétrie de doutes et de réflexions sur l’existence.

img_3147

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s